Enríquez Gómez sur l’Inquisition

« tous sont labyrinthes de cupidité, où se perdent les âmes dépravées »

tronc et pierreLes horreurs de la persécution religieuse, thème majeur de l’oeuvre d’Antonio Enríquez Gómez, poète espagnol du XVII siècle. Il appartenait à l’une des dernières familles de nouveaux-chrétiens espagnols pratiquant un judaïsme clandestin, en pleine Inquisition. Enríquez Gómez a dû s’exiler un temps en France, avant de retourner en Espagne sous une fausse identité et de périr dans les geôles de l’Inquisition.

Ses dénonciations il ne pouvait les faire qu’à mots couverts. Ce sont des métaphores qui résonnent, aujourd’hui, à quatre siècles de distance.

Une traduction libre de Traces, suivie de l’original en espagnol.


« Après ton opportun départ                                                                                                      la mer  s’est affolée comme jamais                                                                                        dans un fracas qui résonne encore.

Elle n’est plus la patrie maison sûre, non,                                                                             mais flots errants qui se lèvent et hurlent,                                                                          langues agitées sans vent et sans raison.

C’est une sombre béance sans fin ;                                                                                         l’amitié est morte, l’ami n’est plus                                                                                           rien ne compte sous le joug

De chaque mot l’ennemi est à l’affût                                                                              chacun guette l’ heure de trahir                                                                                             converser sans témoins, impossibilité.

Des ambitions tyranniques cheminent,                                                                                 qui comblées à leur façon                                                                                                        obtiennent des bénédictions.

C’est des Troies, mais pas en braises                                                                                    tous sont labyrinthes de cupidité,                                                                                         où se perdent les âmes dépravées. »


Después de tu partida venturosa                                                                                       El mar se alvorotó de tal manera                                                                                   Que aun dura su borrasca lastimosa.

Ya no es la patria, no, segura sphera ;                                                                                 es un errante piélago furioso,                                                                                             sin viento brama, y sin razón se altera

Es un baxío, eterno y peligroso ;                                                                                       ya murió la amistad : ya no ay amigo :                                                                   derribó el ynterés el más famoso

Cada palabra alcança un enemigo :                                                                            todos buscan aleves ocasiones,                                                                                            y no ay conversación sin un testigo.

Andan tiraniçadas ambiciones,                                                                                           y son de tal manera conquistadas,                                                                                 que se alcançan con ellas bendiciones.

Todos son Troyas, pero no abrasadas :                                                                         todos son laberintos de codicia,                                                                                   donde se pierden almas depravadas.

Source : Antonio Enríquez Gómez, Academias morales de las Musas, 1642, pages 415-418. Cité par I.S. Revah, Antonio Enríquez Gómez, un écrivain marrane, 2003, Chandeigne ; page 290.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *